SAFE for one day

Une réflexion au sujet de « SAFE for one day »

  1. J’ai préparé ce sujet durant trois années. Il s’agissait de traverser le Canada d’est en ouest, de traverser un monde underground d’asiles, de refuges, de vagabonds, de réserves d’indiens. J’ai mis trois années pour préparer mon film. Une chaîne de télévision m’assura de son aide si je ramenais un roughcut. Arrivé à Montreal, je tombai malade. Je pouvais tenir debout quelques heures tous les trois jours. Trois mois d’hôpital entre la vie et la mort. Six mois de rééducation. je fabriquai, encore convalescent, ce teaser mal fagoté. Parfois, un de mes amis vagabond m’envoie un message : As-tu vraiment renoncé ?

Répondre à Gilles Elie Cohen Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *